07 81 83 84 53

N° SIRET : 81405219700021

N° ADELI : 069313773

Psychologue Monaco

Spécialiste des thérapies brèves et des TCC

07 81 83 84 53

CONNAITRE POUR ÊTRE ACTEUR
 
Chaque mois, un focus spécial autour des actualités en lien avec la psychologie, les psychothérapies et la recherche...
Retrouvez régulièrement des informations utiles
en lien avec l'actualité

Zoom sur...

 

Les traumatismes et le Trouble Stress Post-Traumatique

 

La France est dûrement touchée par l'horreur des attentats. Les personnes ayant été exposées à un événement aussi terrible qu'une attaque terroriste (événement traumatique) peuvent développer un "Etat de stress aïgu". Ce trouble anxieux apparaît lorsqu'une personne est témoin d'un événement durant lequel des individus ont pu mourir, être gravement bléssés ou être menacés de mort ou de graves blessures. La réaction du sujet confronté à une telle situation est une peur intense, un sentiment d'impuissance ou d'horreur. 

Durant l'événement ou peu après, la personne peut se mettre à présenter les symptômes suivants : 

- un sentiment subjectif de torpeur, de détachement ou une absence de réactivité émotionnelle,

- une réduction de la conscience de l'environnement ("être dans le brouillard"),

- une impression de déréalisation,

- une impression de dépersonnalisation, 

- une amnésie dissociative (incapacité à se souvenir d'aspects importants du traumatisme).

En outre, dans l'Etat de stress aïgu, l'événement traumatique est sans cesse revécu par des images, des pensées, des rêves, des flash-backs récurrents ou encore une souffrance intense lors de l'exposition à ce qui peut rappeler l'événement traumatique. Des symptômes anxieux persistants et des réactions neurovégétatives (difficultés à dormir, irritabilité, difficultés de concentration...) sont également présents. 

Toutes ces perturbations entraînent une détresse significative, une altération du fonctionnement social, profressionnel et plus largement de toute la vie quotidienne. 

L'Etat de stress aïgu apparaît immédiatement ou peu après la confrontation à l'événement traumatique. Il peut durer au minimum deux jours et parfois plusieurs semaines (quatre semaines au maximum).

Parfois, les perturbations se prolongent dans le temps (plus d'un mois). Il s'agit alors d'un "Trouble stress post-traumatique" ou TSPT (PTSD). Le TSPT peut être chronique et durer plus de trois mois ou être différé quand le début des symptômes survient plus de six mois après la confrontation à l'événement traumatique. Dans le TSPT, l'événement traumatique est sans cesse revécu par 

- des souvenirs répétitifs et envahissants de la scène traumatique,

- des rêves répétitifs,

- une impression de "comme si" l'événement aller se reproduire,

- un sentiments de détresse intense lors de la confrontation à des indices rappelant l'événement traumatisant.

Avec le TSPT, un évitement persistant des stimuli associés au traumatisme se met en place avec comme conséquence un émoussement de la réactivité générale. Cet évitement peut prendre plusieurs formes : efforts pour éviter les pensées, sentiments, conversations, lieux, personnes, activités... rappelant la scène traumatique. Un sentiment d'avenir "bouché" apparaît très souvent.

Enfin, le TSPT se manifeste par une activation neurovégétative qui se traduit souvent par des difficultés d'endormissement, une irritabilité ou des accès de colère, des réactions de sursaut exagérées ou encore une hypervigilance.

L'Etat de stress aïgu et le Trouble stress post traumatique sont des troubles majeurs qu'il faut traiter sans attendre. Un psychologue connaît la façon de les aborder et d'aider à leur disparition. Volontiers il utilisera l'approche de la thérapie cognitivo-comportementale, jugée la plus efficiente pour les traiter. 

 

En pratique...

 

Les TCC pour traiter les traumatismes

 

Les thérapies cognitivo-comportementales (ou TCC) représentent des techniques efficientes dans l'approche et le traitement des troubles anxieux (dont font partie l'Etat de stress aïgu - ESA - et le Trouble stress post traumatique - TSPT). De nombreuses études scientifiques internationales ont validé une leur efficacité (par comparaison de groupes cibles et de groupes témoins, études statistiques inférentielles et re-tests à long terme notamment). Les collèges d'experts recommandent l'utilisation d'une approche cognitivo-comportementale dans la clinique des traumatismes.

L'avantage de l'approche TCC est d'être brève et de s'intéresser aux symptômes (cf ci-contre) tels qu'ils sont présentés dans l'ici et maintenant.

Chaque séance consiste en l'apprentissage et en la mise en pratique de techniques précises venant corriger les souffrances engendrées par les symptômes saillants issues du traumatisme. Schématiquement, le traitement d'un Etat de stress aïgu ou d'un Trouble stress post-traumatique s'étend sur une vingtaine de séances répondant toutes au même schéma :

- échange d'ouverture,

- revue de la tâche assignée (du travail à effectuer entre chaque séance),

- apprentissage d'une technique en rapport avec un symptôme repéré,

- pratique du nouvel apprentissage,

- assignation d'une tâche (à pratiquer pour la prochaine séance),

- feed-back réciproque entre le patient et le thérapeute. 

Pour traiter l'ESA ou le TSPT, plusieurs techniques sont abordées dont les plus importantes sont :

- la relaxation et les exercices respiratoires (travail de gestion de l'hyperventilisation dans les attaques de panique)

- l'exposition en imagination qui apprend, par scénario, à se confronter en imagination à la scène traumatique (sous contrôle de l'angoisse ressentie),

- l'exposition in vivo qui confronte progressivement le patient aux indices tangibles (réels) du traumatisme,

- les exercices de restructuration cognitive (travail sur les émiotions, pensées et actions),

- les activités de vie à partir d'outils dédiés (registre d'activités, tableau d'activités...),

- d'autres approches comme des exercices concernant les troubles du sommeil ou l'alimentation. 

Les TCC prévoient également un travail sur le "schéma directeur", c'est à dire sur la pensée inconsciente qui transforme le regard du patient sur son environnement (pensée de mort, de menace, de peur). Cette partie de la thérapie a pour objectif de camoufler, transformer ou remplacer ce shéma dysfonctionnel issu du traumatisme pour lui préférer un shéma directeur opérationnel, prévention des rechutes. 

Actuellement, d'autres approches sont en voie de développement pour traiter efficacement les traumatismes. Dans le monde anglo-saxon, le Professeur Ward s'intéresse à la "Neuropsychothérapie", une proposition très riche pour prendre en charge les Etat de stress aïgu et les Etats de stress post traumatique. Voir plus >>>

Des travaux théoriques et expérimentaux montrent l'intérêt de cette technique, qui a été utilisée avec succès sur la côte d'azur auprès de plusieurs patients . Voir plus >>>

Spécialisé dans l'approche des troubles anxieux, j'effectue actuellement des recherches sur les traumatismes et leur traitement (TSPT et prise en charge) au sein du laboratoire LPN de l'Université Paris VIII. Je propose volontiers une prise en charge par thérapie cognitivo-comportementale en faisant bénéficier les patients des dernières avancées en la matière. Me contacter >>>